Go Top
La Foi

ÉGLISE CATHOLIQUE ROMAINE, UNE, SAINTE ET APOSTOLIQUE

Défendre la Foi catholique, Démasquer la Secte apparue depuis Vatican II  -  www.la-foi.fr
Loading

Toute la Vérité sur la Consécration et la Conversion de la Russie et l’imposteur Soeur Lucie

-Frère Michael Dimond et Frère Peter Dimond-
du livre :
‘La Vérité : ce qui est vraiment arrivé à l’Eglise Catholique après Vatican 2’’

 

 

Cette carte de l'Europe orientale et du Bloc communiste après la
Seconde Guerre mondiale, définit la disparition et
l'anéantissement des nations baltes par leur absorption complète
dans l'Empire soviétique

 

Contenu / Partie A :

 

 

La questionqui se pose, c’est : aurez-vous le cran d’apprendre la vérité ?

La vérité que vous n'entendrez pas chez le ‘Père’ Gruner ou d’autres faux-traditionnalistes ; les faits étonnants d’ un problème que nous avons tous été endoctrinés à ne considérer que sous un seul angle.

Tout catholique traditionnel devrait lire cet article

 

Proverbes 16:7 : « Lorsque plairont au Seigneur les voies de l'homme, Il convertira ses ennemis même à la paix. » Notre-Dame: « Si l’on écoute mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix »

Avant-Propos : dépendant de votre Bible, se trouve une autre traduction ; Mais les citations de ce dosier sont tirées avec l’autorité de la Bible catholique ‘La Sainte Bible selon la Vulgate’ – Glaire / Vigouroux. De plus, notez que dans la version latine de la Vulgate, le mot utilisé pour ‘convertir’ est ‘convertet’ :

Proverbes 16:7 – « Lorsque plairont au Seigneur les voies de l'homme, Il convertira ses ennemis même à la paix

«... Cum placuerint Domino viae hominis inimicos quoque eius convertet ad pacem »

Une des questions qu’on nous pose le plus souvent concerne la déclaration de Notre-Dame à Fatima, le 13 Juillet 1917:

« Vous avez vu l'enfer, où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. Si l'on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d’âmes se sauveront et l’on aura la paix. La guerre va finir. Mais si l’on ne cesse d’offenser Dieu, sous le règne de Pie XI [11 ], en commencera une autre pire. Quand vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c'est le grand signe que Dieu vous donne qu'Il va punir le monde de ses crimes, par le moyen de la guerre, de la famine, et des persécutions contre l'Eglise et le Saint-Père. Pour empêcher cela, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculée et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Si l'on écoute mes demandes, la Russie se convertira et l’on aura la paix. Sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l’Eglise. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties. A la fin mon Cœur Immaculée triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera donné au monde un certain temps de paix…» [1]

Tout d'abord, en examinant cette question, il est important que les personnes effacent dans leurs esprits aussi bien toute notion préconçue que de préjugés dans ce domaine. Ils doivent accorder un regard nouveau à ces faits. Entrons dans le vif du sujet :

 

Vidéo sur la Conversion et la Consécration de la Russie

Echelle de temps : L’extrait s’arrête au chapitre 15

 

Le pape Pie 12 a spécifiquement consacré la Russie au Cœur Immaculé de Marie le 7 juillet 1952

Beaucoup savent que le Pape Pie 12 a consacré le monde au Cœur Immaculé de Marie en 1942. Mais ce que beaucoup ne savent pas en revanche, c’est que le pape Pie 12 a spécifiquement consacré la Russie au Cœur Immaculé de Marie en 1952.

Nous n’en étions pas au courant avant de commencer à étudier cette question plus en profondeur. Ce fait crucial est même révélé dans les livres promus par l’ apostolat du ‘père’ Nicholas Gruner.

Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 1, p. 83 : « ... en juin 1952. Le 7 juillet de la même année, un mois après l' article de Dhanis, S.S. Pie XII [ 12 ] , dans sa Lettre apostolique Sacro Vergente anno, accomplissait cette consécration de la Russie, et d’elle seule, nommément, – telle enfin que le P. Dhanis venait de la décréter impossible ! » [2]

On trouve aussi ce fait dans le livre Fatima in Twilight:

Mark Fellows, Fatima in Twilight, p. 119 : « La lettre poursuivait en demandant que Pie consacre la Russie au Cœur Immaculé. Il [ Pie XII ] le fit dans une lettre à tous les russes (Sacro vergente anno), écrivant d’un manière pertinente, ‘aujourd'hui, Nous consacrons et Nous vouons d'une manière très spéciale tous les peuples de la Russie à ce Coeur Immaculé’ ...» [3]

Voici les paroles du Pape Pie 12:

Pape Pie 12, Sacro Vergente Anno (Lettre apostolique) 7 Juillet 1952 : « ... de même que nous avons consacré, il y a quelques années, le genre humain tout entier au Coeur Immaculé de la Vierge Marie Mère de Dieu ; de même aujourd' hui, nous consacrons et nous vouons d' une manière très spéciale tous les peuples de la Russie à ce Coeur Immaculé ... » [4]

Ainsi, c’est un fait indéniable : le pape Pie 12 a spécifiquement consacré la Russie au Cœur Immaculé de Marie.

Vous allez peut-être dire : ‘Mais Notre-Dame n'a-t’elle pas promis que la Russie serait consacrée en union avec tous les évêques du monde ?’ Eh bien non ! Et c'est un point crucial. Notre-Dame a demandé que la Russie soit consacrée en union avec tous les évêques du monde, mais le 13 Juillet, elle avait seulement promis : ‘A la fin mon Cœur Immaculée triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera donné au monde un certain temps de paix.’ Lisez bien : Notre-Dame n'a pas promis ‘Le Saint-Père et tous les évêques me consacreront la Russie ...’ En plus, le Ciel a révélé que la réalisation effective de la consécration de la Russie ne serait pas entièrement en accord avec les souhaits originaux du Ciel ; par exemple : ce sera ‘tard’ ( ce point sera davantage détaillé dans la suite de ce dossier ).

 

Ce que disait Notre-Dame par ‘conversion de la Russie’

La question que nous devons réexaminer est la suivante: « Est-ce que Notre Dame a dit que la Russie serait converti à la ‘foi catholique’ ? Y- a t’il une preuve que Notre-Dame ait dit que la Russie serait converti à la foi catholique? La réponse vous surprendra pour la plupart : c’est non. Un moine de Most Holy Family Monastery a étudié attentivevement l’œuvre en 3 volumes du Frère Michel , ‘Toute la Vérité sur Fatima’ ( plus de 2000 pages sur le sujet ). On y cherchait un élément de preuve, n’importe qu’elle preuve que Notre-Dame aurait dit que la ‘conversion’ de la Russie signifiait que la nation russe toute entière sera convertie à la foi catholique. Eh bien, dans l'ensemble de la série en 3-volume, on ne trouve aucune preuve que Notre-Seigneur ou Notre-Dame ait promis que la Russie serait convertie à la foi catholique.

Une personne nous a dit : « Non, en fait c’est parce que ça signifie que le pays tout entier sera converti à la foi catholique… ça ne pouvait pas signifier autre chose ! » Cette personne disait même qu'il est absurde de penser que Notre-Dame utiliserait le mot ‘conversion’ pour signifier autre chose qu’une conversion à la vraie Foi. vraiment !? Eh bien, elle sera surprise d'apprendre que dans Proverbes 16:7, Dieu Tout-Puissant Lui-même utilise le mot ‘conversion’ pour ne pas dire une conversion à la vraie foi, mais une conversion à la paix d'un ennemi persécuteur (c-à-d la cessation de ses moyens persécuteurs).

Proverbes 16:7 – « Lorsque plairont au Seigneur les voies de l'homme, Il convertira ses ennemis même à la paix

En fait, ce qui est frappant, c'est que les mots de Notre-Dame du 13 Juillet semblent être structurés sur Proverbes 16:7, car dans le contexte des deux, la conversion est immédiatement liée à la paix, après qu'un homme réponde à la demande du Seigneur.

 

Proverbes 16:7 : « Lorsque plairont au Seigneur les voies de l'homme, Il convertira ses ennemis même à la paix. » Notre-Dame: « Si l’on écoute mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix »

Après avoir étudié cette question en profondeur, et en regardant d’ue manière nouvelle les faits, nous sommes fermement d'avis que les mots de Notre-Dame sont structurés sur la promesse de Proverbes 16:7 : la ‘conversion’de la Russie ne veut pas dire la conversion de la nation à la foi catholique, mais la conversion d'un ennemi persécuteur (la Russie) à une certaine période de paix. Nous verrons sa signification exacte, et que la preuve du message de Fatima en témoigne.

 

Preuves confirmant cette position

La présente position est étayée en considérant le Portugal – ‘La Vitrine de Notre-Dame

Pour tenter de justifier leur position que la Russie n'a pas été consacrée, ‘le Père’ Gruner et ses partisans ramènent souvent le cas du Portugal, en rappellant qu’il est la ‘vitrine de Notre-Dame’. Ils font remarquer que, lorsque les évêques portugais consacrèrent leur nation au Cœur Immaculé de Marie le 13 mai 1931, le résultat fut une incroyable renaissance catholique en plus d’ une réforme sociale. Ils disent que Notre-Dame a utilisé le Portugal comme la ‘vitrine’ de ce qu'elle fera pour la Russie et le reste du monde.

John Vennari, ‘It doesn’t add up’, The Fatima Crusader, numéro 70 : « Ainsi, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi le Portugal à cette époque était appelé ‘la vitrine de Notre-Dame’. Et ce triple miracle du Portugal se présente comme un aperçu de la façon qu’ auront l’ air la Russie et le reste du monde après la Consecration Collegiale de la Russie. » [5]

Toutefois, en nous sortant l'exemple du Portugal, ils ne font qu’appuyer le fait que la promesse de la ‘conversion’ de la Russie par Notre-Dame ne veut pas dire la conversion de toute la nation à la foi catholique…. car ils ne parviennent pas à noter que même après que les évêques ait consacré la nation du Portugal (une nation qui était déjà presque entièrement catholique par sa population) le pays n'est pas pour autant devenu un pays catholique !

Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2, p. 265 : «Curieusement, dans cet accord [ de la nation portugaise –concordat du 7 mai 1940 ], la religion catholique n'est pas reconnu comme religion officielle de l'État portugais, et théoriquement, la séparation de l'Église et de l'État subsiste donc. » [6]

Si le Portugal lui-même (une nation qui était presque entièrement catholique) ne s’est pas changé en un pays catholique après sa consécration….c'est une preuve supplémentaire que la conversion de la Russie ne veut pas dire une conversion de la nation à la foi catholique. La Constitution portugaise de 1959 ne mentionne même pas le nom de Dieu... [7]

La présente position est étayée par le compte rendu de Sœur Lucie sur la vision de Tuy

Pour tenter de justifier leur position que la Russie sera convertie à la foi catholique, beaucoup de gens citent la vision de Tuy, où Notre-Dame a promis de ’sauver’ la Russie:

Notre-Dame à Sœur Lucie, 13 Juin 1929, à Tuy : « Le moment est venu où Dieu demande au Saint-Père de faire, en union avec tous les évêques du monde, la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé, promettant de la sauver par ce moyen. » [8]

Ce qui est EXTREMEMENT SIGNIFICATIF, c'est que Frère Michel admet que Sœur Lucie a résumé cette communication à Tuy d'une manière légèrement différente dans deux lettres au Père Gonçalves:

Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la Vérité sur Fatima, Tome 2, p. 294 : « [ page suivant la citation que vous venez de lire ] Signalons tout de suite qu’en 1930, dans deux lettres au Père Gonçalves, soeur Lucie exprimera d'une manière légèrement différente les demandes du Ciel ... [Soeur Lucie] : ‘ Le bon Dieu promet de mettre fin à la persécution en Russie, si le Saint-Père daigne faire, et ordonne aux évêques du monde catholique de faire également, un acte solennel et public de réparation et de consécration de la Russie aux très saints Cœurs de Jésus et de Marie, et si Sa Sainteté promet, moyennant la fin de cett persécution, d’approuver et de recommander la pratique de la dévotion réparatrice indiquée ci-dessus. ’» [9]

Donc, selon Sœur Lucie, le message à Tuy, disant que Notre Seigneur ‘sauvera’ la Russie, signifie que le Seigneur promet de ‘mettre fin à la persécution en Russie’, corroborant ainsi le point qu'il n'y a aucune preuve que le Ciel ait promis que la Russie soit convertie à la foi catholique. Nous trouvons la même chose dans une autre vision que Notre Seigneur accorda à Sœur Lucie en 1940 :

Notre-Seigneur à Sœur Lucie, 22 octobre 1940 : «… Je punirai les nations de leurs crimes, par la guerre, par la famine et par la persécution contre mon Église qui pèsera spécialement sur mon Vicaire sur la terre. Sa Sainteté obtiendra que ces jours de tribulation soient abrégés s'il obéit à mes désirs en faisant l'acte de consécration au Cœur Immaculé de Marie du monde entier avec une mention spéciale de la Russie[10]

La consécration de la Russie ‘obtiendra une abréviation’ de la tribulation qui est causée par les persécutions de la Russie, coïncidant parfaitement avec notre argument de ce que Notre-Dame entendait par ‘conversion de la Russie’. Plus important encore, nous pouvons voir ce que Notre-Dame signifiait en contexte ( la conversion de la Russie ), par un examen attentif de ses mots du 13 juillet :

« La guerre va finir. Mais si l’on ne cesse d’offenser Dieu, sous le règne de Pie XI [11 ], en commencera une autre pire. Quand vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c'est le grand signe que Dieu vous donne qu' Il va punir le monde de ses crimes, par le moyen de la guerre, de la famine, et des persécutions contre l'Eglise et le Saint-Père. Pour empêcher cela, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculée et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Si l'on écoute mes demandes, la Russie se convertira et l’on aura la paix. Sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l’Eglise. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties. A la fin mon Cœur Immaculée triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera donné au monde un certain temps de paix

Notez ça : la consécration de la Russie fut spécifiquement demandé pour éviter ‘la guerre ... la famine et les persécutions contre l'Eglise.’ Ceci nous montre comment, dans ce contexte spécifique, les mots de Notre Dame étaient bien définis sur la consécration de la Russie - la conversion à la paix de cet ennemi et de ses moyens persécuteurs (‘guerre ... famine ... contre l'Eglise.’)

Ce point est corroboré lorsque l'on considère le ‘grand signe’ mentionné par Notre-Dame dans le cadre de sa demande pour la consécration de la Russie.

Ce ‘grand signe’ fut la lumière inconnue qui illumina le ciel du 25 janvier 1938, juste avant les événements qui précipitèrent la Deuxième Guerre mondiale.

« Une aurore boréale d'une ampleur exceptionnelle a sillonné, hier soir, le ciel de l'Europe occidentale ; elle a révolutionné nombre de départements, où l’on a cru tout d'abord à un gigantesque incendie. Dans toute la région des Alpes, la population fut fort intriguée par cet étrange spectacle. Le ciel était embrasé comme un immense foyer mouvant, provoquant une lueur rouge sang très vive... » [11]

Nous pensons que la plupart des gens diront que ce signe n’est pas significatif d’un point de vue contemporain. Mais dans le cadre de la consécration de la Russie, demandée pour éviter la ‘guerre ... la famine ... et les persécutions contre l'Eglise ...’ , ce fut bien le ‘grand signe’ que le Ciel envoyait. Ça nous montre encore une fois combien les mots de Notre Dame pour la consécration de la Russie sont ancrés dans ce contexte spécifique : convertir à la paix cet ennemi et ses moyens persécuteurs ( guerre, persécutions contre l'Église, etc ).

 

Prophéties déjà réalisées
=
les bons seront martyrisés’ / ‘plusieurs nations seront anéanties

Plusieurs nations ont été annéanties

Comme nous le verrons, même le Frère Michel, un auteur dont le travail est favorisé par l’apostolat de Nicholas Gruner, admet que la prise des pays baltes et autres petits états par l' Union soviétique, durant la Seconde Guerre mondiale - que l’URSS les avait annexé pour elle-même, les rendant ainsi non-existants - constituait l'anéantissement des nations dont avait parlé Notre-Dame.

Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la Vérité sur Fatima, Tome 3, p. 133 : « En 1939, l'URSS était encore le seul Etat communiste au monde ... Six ans plus tard ... plusieurs nations ont été rayées de la carte, absorbées par l' Empire soviétique, une douzaine de pays sont entrés dans l'orbe de Moscou et ne conservent plus qu’une apparence de liberté, tandis que d'autres sont agités par des guerres intestines ou gravement menacées par la subversion communiste. C’est la prophétie de Fatima qui se réalise à la lettre. » [12]

En plus des les nations telles que la Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Bulgarie, etc, qui entrèrent dans la sphère de l' Empire soviétique, et furent réduites à n’être que ses marionnettes, les pays baltes, la Lituanie, la Lettonie et l' Estonie, furent effectivement effacés de la carte - complètement anéantis par leur complète absorption dans l'Empire soviétique.

Warren H. Carroll, The Rise and Fall of the Communist Revolution, p. 310 : « Les petites nations baltes - la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie - étaient maintenant suffisamment mûres pour que Staline aillent les cueillir. Sa première tentative fut de leur imposer des ‘traités d'assistance mutuelle’ , dont la seule clause importante prévoyait le stationnement d’un grand nombre de troupes soviétiques sur leurs territoires respectifs. Ces traités furent signés le 28 septembre (Estonie), le 5 octobre (Lettonie), et le 10 octobre (Lituanie). Elles pouvaient maintenant être prises à tout moment. » [13]

Un article posté sur le site internet de la Joint Baltic American National Committee fait cette remarque :

« Le 23 juillet 1940, Sumner Welles, secrétaire d'Etat américain, déclara que ‘les procédés déviants par lequels l'indépendance politique et l'intégrité territoriale des trois petites républiques baltes - Estonie, Lettonie et Lituanie – furent délibérément anéantis par l' un de leurs voisins plus puissants, sont rapidement parvenus à leurs conclusions. » [14]

Prenez note : l'absorption des pays baltes par l'Union soviétique ‘ a anéanti ’ l'indépendance politique et l'intégrité territoriale de ces pays (c-à-d qu’il a anéanti leurs nations ) ! Un autre article sur le site internet du Joint Baltic American National Committee dit ceci : « ... on ne se souviendra pas tellement du communisme pour ce qu'il a légué, mais aussi pour ce qu'il n'a pas fait. Les décennies de régime totalitaire ont anéanti des cultures ... » [15]

Sœur Lucie au Père Fuentes, 1957: « Dites-leur, Père, que la Très Sainte Vierge, plusieurs fois, aussi bien à mes cousins François et Jacinthe qu'à moi-même nous a dit que beaucoup de nations disparaîtront de la surface de la terre, que la Russie sera l'instrument du châtiment du Ciel pour le monde entier si nous n'obtenons pas auparavant la conversion de cette pauvre nation. » [16]

L'anéantissement des nations - le fait que des nations ‘disparaîssent’ - se réfère clairement à l'Union soviétique et à sa prise de contrôle des nations baltes. Frère Michel emploie même le terme ‘anéantissement des nations’ pour parler des nations que l'Union soviétique incorpora dans sa sphère de satellites, comme la Pologne, etc… Toutefois, il se réfère plus spécifiquement à l'effacement des nations baltes, ainsi que d'autres provinces plus petites, telles que la Bukovine du Nord et la Bessarabie.C’est certain que ‘beaucoup’ d’autres nations auraient subi le même sort si la Russie n'avait pas été consacrée….

Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 3, p. 136 : « Faut-il énumérer ces malheureuses nations, que désignait peut-être la Vierge de Fatima, en annonçant que ‘plusieurs nations seraient anéanties’ ? En effet, arrachées à leurs traditions séculaires, à leur Eglise , leur société détruite par le grand malaxeur bolchevique, ces pays ne sont plus eux-mêmes ... C’est l'Albanie, où la persécution contre l'Église commence dès 1945. C’ est la Hongrie, avec ses 7 millions de catholiques sur 10 millions d 'habitants, où le nonce apostolique est expulsé dès avril 1945 ... C’est la Pologne ( 22 millions de catholiques ) où, dès septembre 1945, le gouvernement décide la rupture du concordat. C’est la Tchécoslovaquie où, sur 12 millions d'habitants, près de 9 millions sont catholiques. C’est la Roumanie orthodoxe, avec sa vaillante minorité uniate [ catholiques de rite oriental ] de 3 millions de fidèles, où le gouvernement attend l' heure favorable pour opérer la même intégration forcée à l' Eglise schismatique qu’en Ukraine. C’est la Bulgarie où l’Eglise ne compte plus que 57 000 fidèles. C’est la Yougoslavie de Tito ... où une persécution sanglante commençe dès juin - juillet 1945. » [18]

Dans chaque nation communiste contrôlée par l'Union soviétique, la presse, la radio et l'éducation étaient totalement sous-contrôle de l' État. C’était devenu la triste et sombre réalité de ceux qui tombaient sous le communisme, pays après pays. Tous ces satellites persécutèrent aussi vigoureusement l'Eglise. Par exemple:

Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 3, p. 169 : « En Roumanie, avec la complicité active du patriarche Alexis de Moscou et de toute la hiérarchie nationale orthodoxe, les communistes décident la liquidation pure et simple de l'Eglise gréco-catholique, qui comptait alors 1 600 000 fidèles : ‘Vers la fin d’octobre 1948, on procéde à l'arrestation des évêques unis [ catholiques de rite oriental ] , des vicaires généraux, des chanoines et de la majorité des prêtres, au nombre de plus de 600. On [ le gouvernement ] procéde ensuite à la confiscation des églises, des couvents de moines et de religieuses, malgré leur résistance.’ Et le 1er décembre [ 1948 ], le gouvernement communiste publie le décret de suppression de l'Église unie [ catholique orientale ]. » [19]

…Ce qui nous conduit vers une autre prophétie remplie : ‘les bons seront martyrisés’… :

Les bons ont été martyrisés

C’est un fait que d’innombrables catholiques furent martyrisés par l'Union soviétique et ses satellites communistes. Bien que ce soit un thème bien connu et qu’il ne soit pas nécessaire de fournir de nombreuses citations pour prouver le point, il est toutefoi significatif de noter à nouveau que, même le Frère Michel - dont les travaux sur Fatima sont favorisés par le ‘Père’ Nicholas Gruner - admet que la prophétie ‘les bons seront martyrisés’ s’est déjà produite.

Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2, p. 485 : « Lorsque, dans une lettre du 21 janvier 1940, soeur Lucie évoquait à propos de la guerre ‘le sang versé par les martyrs, qui finirait par apaiser la colère divine, lorsque Notre-Dame avait annoncé dans son secret que ‘les bons seraient martyrisés’ ; comment ne pas songer également à ces milliers de catholiques ukrainiens ou polonais massacrés par les bolcheviques ? » [20]

Le premier exemple, c’est celui de la Russie de 1923. À ce moment-là, Moscou tentait de faire chanter le Vatican par l'octroi de sa reconnaissance diplomatique pour le régime. Moscou transmit des ordres d’arrestations contre un clerc haut placé, Mgr. Cieplak ( administrateur apostolique du diocèse de Mohilev ), son vicaire général, Mgr. Budkiewicz, et treize autres prêtres. Ces clercs déclaraient qu' ils ne respecteraient pas la loi de l'Union soviétique de 1922 interdisant l' enseignement de la foi catholique aux enfants (Warren H. Carroll, The Rise and Fall of the Communist Revolution, p. 310). Moscou acceptait leur libérations si le Vatican acceptait de nouer des relations diplomatiques avec son régime. Le régime russe savait qu'une fois que le Vatican aurait établi des relations diplomatiques avec elle, le reste de l'Europe suivrait. Mais le Vatican ne pouvant pas lui accorder une telle reconnaissance, Moscou exécuta la sentence:

« Le Vendredi saint de 1923, Mgr Budkiewicz fut martyrisé avec une effroyable cruauté : Poussé brutalement à travers un corridor obscur, il était tombé et s’était cassé la jambe ... Ne pouvant plus marcher, le martyr, dépouillé de ses vêtements, fut traîné par les oreilles jusqu’au corps de garde. Une de ses oreilles s’était décollée. Dans le trou béant, on lui tira un coup de revolver. Le P Walsh ... entendit le coup de feu claquer, au milieu des cris, des chants ivres et des éclats de rire. Afin qu’il ne restât aucune relique, le corps du martyr fut brûlé et ses cendres dispersées. Et ‘ce fut le signal d'une série d'attaques contre la hiérarchie, le clergé et les fidèles catholiques dont bon nombre furent envoyés aux bagnes glacées de Solowki en mer Blanche , où un camp de concentration fut spécialement affecté aux chrétiens ; d'autres mourrurent en prison, parfois devenus fous des supplices subis.’ » [21]

«... durant la seule année 1922, plus de huit cents prêtres, religieux et religieuses furent fusillés en Russie. » [22]

Pape Pie 11, Lettre au Cardinal Pompili, 2 février 1930 : « …Lors des dernières fêtes de Noël, non seulement on a fermé plusieurs centaines d'églises [en Russie], brûlé nombre d'icônes, contraint de travailler tous les ouvriers et les élèves des écoles, supprimé les dimanches, mais on en est arrivé à obliger les ouvriers des usines, hommes et femmes, à signer une déclaration d'apostasie formelle et de haine contre Dieu, sous peine d’être privés de leurs cartes de de pain, d’habillement et de logement, sans lesquelles tout habitant de ce malheureux pays en est réduit à mourir de faim, de misère et de froid ; en outre, dans toutes les villes et dans de nombreux villages ... durant les dernières fêtes de Noël : on voyait passer des chars où se tenaient de nombreux gamins, affublés d’ornements sacrés, qui prenaient la croix en dérision et crachaient sur elle, tandis que d'autres chars automobiles transportaient de grands arbres de Noël où pendaient par le cou des marionnettes représentant les évêques catholiques et orthodoxes. Au centre de la ville, d'autres jeunes voyous se livraient à toutes toutes sortes de sacrilèges contre la croix. » [23]

Warren H. Carroll, The Rise and Fall of the Communist Revolution, p 364-365 : « En 1946, les autorités soviétiques avaient retiré tous les évêques lituaniens ( sauf un ) de leur diocèses ... De 1946 à 1948, 357 prêtres - un tiers de tous les prêtres en Lituanie - furent déportés vers les camps de travaux forcés en Russie et en Sibérie. On avait garanti un sauf conduit à l’un d'eux, qui avait été condamné à 25 ans (ce qui signifiait la mort, puisque pratiquement personne n'y survivait plus de dix ans. La condition pour sa liberté : une des plus grandes églises de Vilnius, et 100 000 roubles s'il acceptait de devenir le chef de l’église lituanienne catholique schismatique. Il refusa, et c’est ainsi qu’il disparut. » [24]

 

 

Cadavres de lituaniens après la vague
d’élimination par l'Union soviétique
de ceux qu'elle considérait comme une
menace à sa prise de contrôle totale

 

(Soit dit en passant, ce prêtre aurait pu être épargné par les horreurs des camps de travaux forcés s'il avait simplement consenti à devenir un schismatique oriental. Il refusa et souffrit horriblement. Ça nous montre à nouveau le mal du faux œcuménisme. Pour l’œcuménisme post-Vatican 2, qui accepte et fait l'éloge de l'orthodoxie orientale, son martyre était inutile.)

En 1936, les erreurs du communisme russe suscitèrent la révolution et la guerre civile espagnole. Le résultat fut sans doute une des pires persécutions de l'Église catholique de l'histoire:

Warren H. Carroll, The Rise and Fall of the Communist Revolution, p . 285 : « L'holocauste d’Espagne débuta [en 1936]. La principale cible des révolutionnaires était ... l'Eglise catholique. Au cours des trois mois qui suivirent, les prêtres catholiques, religieux et fidèles catholiques qui étaient capturés dans la moitié de l' Espagne où la République avaient le contrôle, furent les victimes de la persécution la plus sanglante connue contre l' Église depuis celle de l' emperer romain Dioclétien au IVe siècle. En tout, 6 549 prêtres et 283 nonnes furent martyrisés ; un grand nombre dans les circonstances classiques du martyre : on leur offrait la vie s'ils renonçaient à leur foi et la mort s’ils la confirmaient. » [25]

Hugh Thomas, considéré comme le principale historien de la guerre civile espagnole, nous donne quelques détails de ces martyres:

« A Cervera, on avait forcé un chapelet dans les oreilles d’un moine jusqu'à ce que ses tympans en soient perforés ... Certaines personnes furent brûlées, d'autres enterrées vivants - après qu’on les aient forcé de creuser leurs propres tombes. A Alcazar de San Juan, un jeune homme, qui se distinguait par sa piété, avait eu les yeux crevés. Dans cette province, à Ciudad Real, les crimes commis étaient atroces. On avait forcé un crucifix dans la gorge de la mère de deux jésuites ; 800 personnes furent jetées dans un puits de mine. » [26]

Il n’a rien d’autre à dire : la persécution espagnole était alimentée et attisée par les erreurs de la Russie ; on voyait même certains ‘assaillants porter des banderoles rouges affichant la faucille et le marteau’. [27]

On pourrait multiplier ainsi les exemples de bons ayant été martyrisés sur des kms de pages…. Par exemple, après que l'Union soviétique ait forcé la ‘réunification’ entre l’ ‘Eglise’ orthodoxe schismatique et l' Eglise gréco-catholique en 1945, d'innombrables catholiques ukrainiens furent ainsi martyrisés pour leur foi :

Cardinal Slipyi : « Le 11 avril 1945, je fus arrêté avec tous les autres évêques. Moins d'un an plus tard, plus de 800 prêtres nous avait déjà suivis en captivité. Du 8 au 10 mars 1946, le synode illégal de Lviv fut mis en scène. Sous la pression athée, il proclama la ‘réunification’ …. Cette ‘réunification’ et, de ce fait, la liquidation officielle de notre Église, furent effectuées par la force brutale. Les évêques furent déportés vers tous les coins de l'Union soviétique. Presque tous sont morts depuis, ou ont été tués en captivité... aux plus de 1 400 prêtres et 800 religieuses, aux dizaines de milliers de fidèles qui, en captivité, ont scellé, par le sacrifice de leur vie, la fidélité au Pape, au Siège apostolique romain et à l' Eglise universelle. » [28]

C’est un fait qui n'a pas besoin d'être prouvé davantage : les bons ont été martyrisés dans l'Union soviétique, dans les pays satellites communistes et dans d'autres pays, comme l'Espagne, où les erreurs de la Russie avaient excité la persécution sanglante. Les prophéties de Notre Dame - que ‘les bons seront martyrisés’ et ‘plusieurs nations seront anéanties’ - ont déjà été remplies.

Notre-Dame : « Si l'on écoute mes demandes, la Russie se convertira et l’on aura la paix. Sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l’Eglise. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties. A la fin mon Cœur Immaculée triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera donné au monde un certain temps de paix…»

Sœur Lucie au Père Jongen, février 1946: « Je pense que maintenant les paroles de Notre-Dame sont remplies: ‘Si ce n'est pas fait (elle venait de rappeler ‘la demande exacte’ de la Sainte Vierge), la Russie répandra ses erreurs à travers le monde’ » [29]

Certains se demandent aussi: oui, mais alors, la persécution du Saint-Père qui "aura beaucoup à souffrir" ? C’est quoi sa signification ? Eh bien on trouve la réponse dans le message ci-dessous de Notre-Seigneur à Sœur Lucie en 1940:

Notre-Seigneur à Sœur Lucie, 22 octobre 1940 : « Je punirai les nations de leurs crimes, par la guerre, par la famine et par la persécution contre mon Église qui pèsera spécialement sur mon Vicaire sur la terre. Sa Sainteté obtiendra que ces jours de tribulation soient abrégés s'il obéit à mes désirs en faisant l'acte de consécration au Cœur Immaculé de Marie du monde entier avec une mention spéciale de la Russie.» [30]

La persécution de l'Eglise durant cette période - la torture et le martyre des prêtres et des fidèles, la suppression de l'activité ecclésiastique - pesait comme un incroyable fardeau, tourmentant le pape qui se sentait responsable, mais impuissant face à cette tragédie. En ayant ces faits à l'esprit, on peut voir que les 4 aspects entiers du message de Notre-Dame ( la propagation des erreurs de la Russie ; le martyre des bons ; l'anéantissement des nations ; et la souffrance du Saint-Père) ont été accomplis durant cette période.

Ce que les gens ne réalisent pas c’est que la demande de Notre-Dame pour la consécration de la Russie fut donnée dans ce même contexte. La consécration et la conversion de la Russie était destinées à empêcher les punitions, les tourments et les persécutions de la Russie mentionnés dans ce contexte. Dans la même logique que Proverbes 16:7, et le résumé de la vision de Sœur Lucie à Tuy, ça signifie convertir à la paix cet ennemi et ses moyens de persécutions.

C'est pourquoi en 1929, Notre-Dame est venue à Tuy pour demander la consécration de la Russie. En fait, Sœur Lucie n'a pas dit un mot sur la Russie jusqu'en 1929. 1929 était une époque où les horreurs du Goulag de Staline commençaient à se faire connaître dans le monde. Il fut un temps où les persécutions de la Russie étaient sur le point d'atteindre leur apogée. 1929 était juste avant la politique de ‘dékoulakisation’ de Staline, une politique imposée de 1930 à 1934, qui avait entraîné la mort de millions de paysans. 1929 était aussi juste avant la scandaleuse famine imposée par Staline en 1933, ayant abouti à la mort de millions de gens. C’est logique que Notre-Dame revenait demander la consécration de la Russie pour éviter ces horribles persécutions quand elle se produisaient, ou étaient sur le point d’atteindre le pic le plus horrible. : « …les démographes les plus sérieux comptent au moins quinze millions de victimes [ tuées par la Russie bolchevique ] pour ce cauchemar des années 1929-1933. » [31]

À ce stade, il est très important que nous regardions ce que sont devenues ces erreurs de la Russie. Décortiquons le régime satanique de la Russie communiste pour mieux comprendre le contexte du message de Notre-Dame.

 

Notes :

[1] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 1 : la science et les faits, 6° édition, 1999 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 224.
Version similaire sur le Site internet de la Secte Vatican 2 : http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20000626_message-fatima_fr.html

[2] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 1 : la science et les faits, 6° édition, 1999 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 83.

[3] Mark Fellows, Fatima in Twilight, Niagra Falls, NY : Marmion Publications, 2003, page 119.

[4] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 3 : le Troisième secret, 5° édition, 1994 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 220.

[5] John Vennari, ‘It doesn’t Add Up’, The Fatima Crusader, Constable, NY, Issue #70

[6] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2 : le secret et l’Eglise, 2° édition corrigée et augmentée, 1986 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 265

[7] Frère Michel de la Sainte Trinité, The Whole Truth about Fatima, Buffalo, NY : Immaculate Heart Publications, 1989, Vol.3, p.741

[8] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2 : le secret et l’Eglise, 2° édition corrigée et augmentée, 1986 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 293

[9] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2 : le secret et l’Eglise, 2° édition corrigée et augmentée, 1986 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 294

[10] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2 : le secret et l’Eglise, 2° édition corrigée et augmentée, 1986 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 464

[11] Le Nouvelliste de Lyon, 26 janvier 1938 / cité dans Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2 : le secret et l’Eglise, 2° édition corrigée et augmentée, 1986 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 421

[12] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 3 : le Troisième secret, 5° édition, 1994 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 133.

[13] Warren H. Caroll, The Rise and Fall of the Communist Revolution, Christendom Press, 1995, P. 310

[14] Site internet du Joint Baltic American Committee ; http://www.jbanc.org

[15] Site internet du Joint Baltic American Committee : http://store.yahoo.com/jbanc2000/newsun.html

[16] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 3 : le Troisième secret, 5° édition, 1994 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 336.

[17] Warren H. Carroll, The Rise and Fall of the Communist Revolution, p 306

[18] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 3 : le Troisième secret, 5° édition, 1994 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 136

[19] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 3 : le Troisième secret, 5° édition, 1994 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 169

[20] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2 : le secret et l’Eglise, 2° édition corrigée et augmentée, 1986 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 485

[21] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2 : le secret et l’Eglise, 2° édition corrigée et augmentée, 1986 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 364

[22] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2 : le secret et l’Eglise, 2° édition corrigée et augmentée, 1986 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 356.

[23] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2 : le secret et l’Eglise, 2° édition corrigée et augmentée, 1986 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 340

[24] Warren H. Carroll, The Rise and Fall of the Communist Revolution, p. 364-365

[25] Warren H. Carroll, The Rise and Fall of the Communist Revolution, p. 285

[26] Warren H. Carroll, The Rise and Fall of the Communist Revolution, p. 286

[27] Warren H. Carroll, The Rise and Fall of the Communist Revolution, p. 288

[28] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 3 : le Troisième secret, 5° édition, 1994 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 134.

[29] Frère Michel de la Sainte Trinité, The Whole Truth about Fatima, Buffalo, NY : Immaculate Heart Publications, 1989, Vol.3, p.123

[30] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2 : le secret et l’Eglise, 2° édition corrigée et augmentée, 1986 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 464

[31] Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Tome 2 : le secret et l’Eglise, 2° édition corrigée et augmentée, 1986 ; Editions de la Contre-Réforme Catholique ; St-Parrès-lès-vaudes ; page 288.

La Foi: La Vraie Liberté  •  © 2014 vaticancatholic.com | www.la-foi.fr  •  Contact